En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus. Fichier enregistré à la CNIL sous le n°2137633 ok

Situez-vous

Localisez nos villas et appartements sur la carte

Voir la carte

Nos Services à la Carte

Voir nos services

En savoir plus

L'Ile de La Réunion 

« À vous les cocotiers aux palmes rayonnantes,
Le palmiste élancé, les cascades brillantes
Et l'éternel printemps. »

Etienne Azema

Un peu d’Histoire

La Réunion est riche d’une histoire de plus de 5 siècles. Si elle a été repérée par les Arabes dès le XIIe siècle qui la baptisent Dina Morghabine, l’île n’est véritablement découverte qu’au début du XVIe siècle par les Portuguais qui lui donnèrent le nom de Mascareignes, plus tard étendu à l’archipel. Les Français en prennent possession en 1642 sous le nom d’Ile Bourbon. En 1794, elle devient Ile de La Réunion en référence à la réunion des États Généraux avant de devenir Ile Bonaparte sous l’Empire, puis de nouveau Bourbon lors d’une courte occupation anglaise. En 1848, elle reprend son nom définitif.


De 1646 à 1663 l’île vierge commence à être occupée d’abord par des mutins qui y trouvent un véritable éden riche en gibiers, poissons, fruits, puis des gens de « mauvaise compagnie » et enfin quelques colons avec des serviteurs malgaches dont des femmes qui s’installent dans la baie de St-Paul.


Le début de la colonisation marque aussi le début de la Compagnie des Indes Orientales qui introduit la culture du café, du coton, du tabac et des épices et nécessite une importante main d’œuvre. Une société esclavagiste se met en place avec de très nombreuses importations d’esclaves malgaches et africains. La Compagnie des Indes fait faillite et le roi rachète l’Ile Bourbon en 1764. Débute alors une forte période de croissance et de changements qui prendra rapidement fin à cause d’une succession de catastrophes naturelles et de pénuries.


L’île connaît un regain de croissance et de prospérité avec le développement de la culture de la canne à sucre dès le début du XIXe siècle en réponse à la pénurie de sucre que connaît la France. Cette culture, qui représente en 1860 plus de la moitié des terres cultivables, demande toujours plus d’esclaves si bien qu’ils représenteraient près de 80% de la population de l’île. Rébellion et marronnage (esclaves en fuite) commencent à menacer les maîtres eux-mêmes. Il faut attendre le 20 décembre 1848 pour que l’abolition de l’esclavage soit proclamée par le commissaire de la République Sarda Garriga, soit 54 ans après que l’abolition soit décrétée par la France dans les colonies !


Pour répondre au développement économique (chemin de fer, infrastructures…) et agricole (canne à sucre, vanille, girofle, vétiver, géranium…) de l’île, plusieurs vagues d’immigrations d’engagés vont avoir lieu notamment indiennes et malgaches ce qui va contribuer à la croissance de la population et à son métissage.
De colonie, La Réunion devient le 19 mars 1946 Département d’Outre-Mer.


Pour approfondir un peu plus, visitez le musée de Villèle et la Chapelle Pointue à St-Gilles-les-Hauts, le musée de Stella Matutina à St-Leu, la maison Folio à Hell-Bourg, la grotte des Premiers Français à St-Paul, le Lazaret de la Grande Chaloupe, la Saga du Rhum à St-Pierre, les coopératives de vanille dans l’Est, les distilleries de géranium à Petite France. 

 

Du battant des lames au sommet des montagnes

25 km de récifs coralliens et de lagon ourlés de sable blond, La Réunion bénéficie sur sa côte Ouest de très belles plages (Boucan Canot, l’Ermitage-les-bains, la Saline-les-bains, St-Leu) qui concentrent la majeur partie des activités et du tourisme balnéaires. La richesse du littoral et des fonds marins de l’île est aussi à découvrir sur les côtes Sud et Est, plus sauvages, plus préservées et spectaculaires à l’image de Grand Anse, Cap Méchant ou le Grand Brûlé où les coulées de lave se jettent dans l’Océan.


Mais le véritable trésor de La Réunion, ce sont ses pitons, cirques et remparts inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Plus de 1 000 km de sentiers pédestres entretenus par l’ONF s’offrent à vous pour apprécier l’extraordinaire beauté naturelle de l’île et la variété de ses paysages uniques au monde. Des Bas vers les Hauts, du Nord au Sud ou au cœur du Parc National, laissez-vous surprendre par l’intensité de notre île.


Quelques incontournables : les cirques de Mafate, Cilaos et Salazie, le Piton de la Fournaise et la Plaine des Sables, le Piton des Neiges, le Maïdo, les forêts de Bélouve et Bébour, les centaines de cascades et bassins qui offrent des haltes aussi paradisiaques que rafraîchissantes, les jardins botaniques, l’architecture coloniale et le charme des cases créoles…

 

Des cultures et des métissages

L’identité de La Réunion, c’est avant tout son métissage, son art de vivre ensemble qui en fait un exemple de tolérance, de fraternité et d’harmonie pour le monde entier. Sa population arc-en-ciel s’est forgée au cours des différentes vagues successives de migrations. Aujourd’hui, Cafres (descendants d’esclaves africains), Malbars, Tamouls, Zarabes (originaires d’Inde), Chinois (commerçants), Yabs (descendants de Gros Blancs), Zoreils (métropolitains), Malgaches, Mahorais, Comoriens, Mauriciens sont unis par la créolité et se sentent avant tout Réunionnais tout en conservant leur propres traditions. Une société chaleureuse, multiple et harmonieuse à l’image du relief de l’île, de ses paysages, de ses religions, de ses cultures, de sa musique et de sa gastronomie qui en font une destination magique.


À ne pas manquer : la fête du 20 décembre qui commémore l’abolition de l’esclavage à La Réunion, le nouvel an Tamoul, les marches sur le feu et la fête du Dipavali, le nouvel an chinois et ses danses du dragon, un concert de maloya et de séga, l’église de Ste-Anne et Notre-Dame-des-Laves à Ste-Rose, les temples tamouls et leurs couleurs éclatantes, la mosquée de St-Denis qui est la plus ancienne de France, les petits autels rouges au bord des routes dédiés à St-Expédit : P’ti Bon Dieu très populaire qui a la réputation d’exaucer les vœux plus vite que son ombre !

 

Des marmites et de la convivialité

Un soupçon de cuisine malgache, un trait d’épices indiennes, un zeste de tradition métropolitaine, le tout saupoudré de saveurs chinoises… la cuisine réunionnaise est un mélange d’influences, métissée, colorée et généreuse. Surtout ne manquez pas au menu de vos vacances :


Nous vous conseillons de prendre place à l’une des nombreuses tables d’hôtes de l’île ou encore mieux de vous faire inviter le dimanche, sur la plage ou à l’ombre d’un kiosque, au traditionnel pique-nique familial pour savourer cette cuisine de terroir, véritable fierté locale.

 

Pour aller plus loin

En musique : Danyel Waro, Ziskakan, Oussanoussava, Pat’Jaunes, Réné Lacaille, Christine Salem, Alain Peters…


En histoire : Daniel Vaxelaire est l’incontournable historien de La Réunion. Son Histoire de La Réunion en 2 tomes (Orphie édition) de ses origines à aujourd’hui est une véritable référence.
Il est également l’auteur de nombreux romans historiques dont nous recommandons particulièrement les lectures de Chasseur de Noirs (Orphie édition) et L’affranchi (Phébus).

 

En littérature : L'affaire de l'esclave Furcy (Mohammed Aïssaoui, Gallimard), construit à partir d’archives, est le récit extraordinaire du procès intenté par un esclave à son maître pour exiger sa liberté, trente ans avant l’abolition de l’esclavage sur l’île.
Une île toute en auteurs, 100 textes sur La Réunion (Baptiste et Jean-Claude Vignol, éditions du Boucan) offre une découverte de l’île au travers d’extraits de 1613 à nos jours. Un voyage fascinant.
Ne lâche pas ma main (Michel Bussi, Pocket), un polar contemporain, une intrigue aux quatre coins de l’île qui se lit d’une traite !

 

En photographie : La Réunion, une île vue du ciel (Hervé Douris et Bernard Grollier, Epsilon éditions) : mer, montagne, agriculture, ville… une découverte somptueuse de La Réunion et de ses multiples facettes.
Au cœur du Parc national de La Réunion (Hervé Douris et Bernard Grollier, Epsilon éditions) donne à voir une nature luxuriante, des panoramas renversants, une faune et une flore sensibles.
Découvrez aussi les nombreux ouvrages de Serge Gélabert qui se consacre depuis 1978 à photographier les paysages de l'île de La Réunion.

 

En bande dessinée : En plusieurs tomes aussi drôles les uns que les autres, Tiburce (Tehem, Glénat BD) raconte les aventures d’un petit garçon réunionnais et de ses amis en reprenant les différents clichés existants sur l’île. Une découverte ludique de la culture locale !


Et pour aller encore plus loin rendez-vous sur www.livranoo.com : librairie virtuelle de l’océan Indien qui assurent les livraisons partout dans le monde.

 

 


Partagez La Réunion Autrement par email et sur les réseaux sociaux :


Besoin d'aide ?
Souhaitez-vous que l'on vous rappelle ?
Vous préférez nous envoyer un e-mail ?